Il y a bientôt 20 ans, Vincent Delerm vantait les filles de 73 dans une chanson que l'on aura vite oubliée. Les filles, elles, maintenant, ont cinquante ans comme les disques dont on va parler ici. Autant dire que tout ce beau monde a plutôt bien vieilli !

1973, n'est cependant pas l'année la plus florissante en terme de musique. Depuis quelques années, les groupes font ce qu'ils savent faire, en studio comme en concert, mais aucun son ne semble révolutionnaire, sinon le reggae qui commence à s'internationaliser.

Les albums qui ne seront pas dans ce top albums 1973

Comme d'habitude, les albums les plus connus et reconnus ne seront pas dans ce top album qui vise essentiellement à faire connaître des sons oubliés, plus qu'un véritable classement somme toute factice et subjectif. D'ailleurs, je serais incapable de dire mon véritable album préféré de cette année. Aladin Sane de Bowie pourrait être l'élu, autant que Quadrophenia des Who, ou Band on the run des Wings. Trois albums que j'ai abondamment écoutés adolescent. Mais d'autres pourraient aussi prétendre au moins se hisser dans le top 10. Innervisions de Stevie Wonder, Overnite Sensation des Mothers, ou bien encore Burnin' de Bob Marley justement. De très bons albums qui sont devenus des classiques. Mais qui paradoxalement, ne sont pas forcément les meilleurs de leurs auteurs. Même si Band on the run est considéré comme le meilleur de McCartney, je lui préfère Ram, et de loin.

Mais passons au choses sérieuses, je vous laisse découvrir ou redécouvrir 15 albums de 1973 qui méritent d'être réhabilités.

Pochette de l'album The plan

15 – The Osmonds – The plan

Commencer ce top par un groupe qui a vendu des millions de disques est peut-être un peu osé. Mais qui, sincèrement, écoute encore The Osmonds aujourd'hui ? Ce groupe de mormons (et oui) prêche sa foi à travers ces douze titres, qui traversent à peu près tout ce qui peut se faire en pop. Du buble gum au plus rock. Il se trouve que les 45 tours Going Home et surtout Movie Man tournaient sur mon électrophone alors que je devais avoir à peine 5 ans. Pour cette raison particulière, je tenais à réhabiliter ces garçons de l'Utah…

Pochette de l'album Captain Tarthopom

14 – Jean Cohen-Solal – Captain Tarthopom

On avait parlé de ce bel album de Jean Cohen-Solal, ici. Il a été réédité depuis en vinyle par Souffle continu.

Pochette de l'album Thruth

13 – King Hannibal – Truth

Un petit chef d'oeuvre funk avec Lee Moses à la guitare fuzz. On en avait parlé ici.

Pochette de l'album Hajiki Uta

12 – Meiko Kaji – Hajiki Uta

L'actrice et chanteuse japonaise Meiko Kaji a enregistré plusieurs albums dans les années 1970. Et le label Wewantsounds veut les rééditer. À commencer par le premier, Hajiki Uta, paru en 1973 donc, qui donne à écouter un mélange de kayokyoku (pop japonaise), de musique traditionnelle enka, d' et de groove avec des arrangements signés par les meilleurs producteurs de l'époque.

Critique complète de l'album sur ce site

Pcohette de l'album The miracles

11 – Hany Mehanna –The Miracles Of The Seven Dances

 J'ai un réel faible pour cet album du « roi des orgues du Caire », réédité en 2018, comme on en parlait dans cette news.

 

Pochette de l'album  Hosono House

10 – Haruomi Hosono – Hosono House

Le premier album d'un des plus grands noms de la pop japonaise, Haruomi Hosono, a été enregistré dans sa chambre de 13m2. Cet album capture l'essence de son génie musical et met en valeur le talent brut qui façonnera l'avenir de la musique japonaise. On en avait parlé ici

 

Pochette de l'albumOs Catedraticos

9 – Eumir Deodato – Os Catedráticos 73

Rien que pour le premier titre, Arranha Ceu, l'album du brésilien Eumir Deodato devait rentrer dans ce top. Et comme il a été réédité il y a quelques années, c'est l'occasion de réécouter cette belle pièce de groove latino

batteaux pochette

8 – Batteaux – Batteaux

L'unique album des frères Batteau, avec un x pour éviter le brother est un concentré de qu'il aurait été dommage de ne jamais connaître. Ce qui pourtant a été le cas jusqu'à sa réédition, d'abord en cd au début des années 2000, puis en 2018 en vinyle. Superbe.

 

pochette de l'album erkin koray

7 – Erkin Koray – Erkin Koray

Disparu cette année, le guitariste et chanteur turc Ekrin Koray a tout juste eu le temps de fêter les 50 ans de son premier album qui a marqué toute une époque, jetant un pont entre la tradition folklorique anatolienne et l'invasion du rock occidental. Réédité il y a peu.

 

Pochette de l'album Cuasares - Afro Progresivo

6 – Cuasares – Afro-Progresivo

Afro-Progresivo est réalisé par Cuasares, un projet de studio énigmatique créé par le pianiste- arrangeur visionnaire – et argentin – Waldo Belloso : un mélange sauvage et ésotérique de funk psychédélique, groove afro-, jazz et . On en parlait ici

Pochette de l'album ¡Alegria!

5 – Elia Y Elizabeth – ¡Alegria!

Les sœurs colombiennes Elia et Elizabeth Fleta ont enregistré une poignée de chansons entre et 1973, accompagnées par Jimmy Salcedo et son groupe La Onda Tres, mêlant soft-pop avec une touche de funk, le tout adouci par le parfum subtil de la musique caribéenne et du psychédélisme. Elia Y Elizabeth ont sorti deux albums en 1973, les deux sont aussi bons l'un que l'autre. Mais le titre ¡Alegria! est incontestablement leur tube. À découvrir chez .

 

Pochette de l'album Banamour

4 – Kevin Ayers – Bananamour

L'ex Soft Machine n'est pas le plus inconnu de cette liste, je vous l'accorde. Néanmoins, il demeure outrageusement sous estimé. Ce quatrième album clôt un parcours sans faute de Kevin Ayers depuis son premier. Le reste de sa discographie étant toujours honorable, mais pas aussi convaincante.

 

Pochette de l'album    Spirogyra - Bells, Boots And Shambles

3 – Spirogyra – Bells, Boots And Shambles

Spirogyra, groupe anglais,  n'est plus qu'un duo lors de leur troisième album, et même un couple formé de Martin Cockerham (guitare, chant) et Barbara Gaskin (chant), avec des musiciens additionnels. Un petit joyau d'acid folk, qu'il faut absolument redécouvrir. 

Pochette de l'album de Spiteri

2 – Spiteri – Spiteri

Les frères vénézuéliens qui sont partis à pour enregistrer cet album particulièrement brillant. Jamais la fusion entre les diverses tendances du rock, comme on pouvait entendre dans les années 70 et la musique « sud américaine » (pour faire vite) n'a été aussi majestueusement réussi. Comme je l'avais déjà dit ici

Pochette de l'album composite truth

1 – Mandrill – Composite Truth

Le groupe de Funk sous estimé, bien qu'abondamment samplé, Mandrill a composé un petit chef d'œuvre pour son troisième album. Certes c'est leur album le plus connu, et il est moins obscur que les autres. Néanmoins,  son groove et la complexité de ses morceaux en fait un album incontournable qui ne se retrouve pas forcément dans les autres top de 1973, et c'est un scandale ! 

 

D'autres albums qui sont restés à la porte du classement

  • Alessandro Alessandroni – A Trip around the World
  • It's A Beautiful Day – …Today
  • Argent – In Deep
  • Premiata Forneria Marconi – Photos Of Ghosts
  • Takuro Yoshida – 伽草子