Rock psychédélique : Un voyage en 150 albums

Chaque nouvelle publication des éditions Le mot et le reste est une tentation pour tout lecteur sur la musique rock et ses dérivés. Avec un tel titre,  Rock , un voyage en 150 albums, l’ouvrage de David Rassent ne pouvait qu’atterrir dans ma bibliothèque. Enfin une bible pour le Rock Psychédélique !

Le dispositif  éditorial, très fréquent chez Le mot et le reste, offre deux pages pour chaque album chroniqué, avec une suggestion de disques en rapport, comme dans le culte Rock, Pop de Philippe Robert ou Folk et Renouveau du même  accompagné de Bruno Meillier.

L’introduction de David Rassent à ce “voyage” discographique est un historique assez complet de la musique Psychédélique, dont on verra, au fil du temps, qu’elle ne se limite pas au Rock, tant s’en faut. Ses origines mêmes puisent aussi bien dans le Jazz que dans la musique électronique du début des , et c’est pour cela qu’elle est aussi passionnante. De Londres à Los Angeles, en passant par San Francisco,  c’est aussi un style qui a voyagé, pour s’installer en Europe continentale dans les années 70 avec notamment le Krautrock. Mais la musique psychédélique ne  s’est  pas arrêtée aux portes des années 80, balayée par les DX7 et autres Fairlights. Elle a continué à exercer une influence, à la marge certes, mais dans quelques formations comme par exemple avec cet album de The Duke of Stratosphear, qui date de 1985!

 

Et que dire de la résurrection dans les années 90, qui s’est popularisée jusqu’à nos jours ?

Revenons maintenant aux 150 albums chroniqués dans ce livre. Le choix de David Rassent n’est pas vraiment explicité, mais disons qu’il a vu très large car il commence en 1966 et termine en 2014. Vaste programme à la fois enthousiasmant et frustrant. Car, même si les disques phares sont présents, (avec enfin, une juste place pour Their Satanic Majesties Request des Rolling Stones), il manque quand même quelques incontournable comme le premier album des Velvets, La messe du temps présent de Pierre Henry et Michel Colombier, The incredible String Band etc. Certes, ces albums se retrouvent dans une liste parallèle de 150 autres albums en fin de livre, ce qui fait donc en tout 300 albums. Mais, du coup, on se demande s’il n’eût pas fallu fractionner le livre en deux périodes pour avoir un parcours plus exhaustif.

Car la plume de David Rassent est bien agréable, et chaque chronique est une mine de renseignements. En ce sens, ce libre est totalement réussi – et indispensable.

Et puis, on y fait de très bonnes découvertes, parmi lesquelles Blossom Toes

ou bien Family

Bien évidemment qui dit psychédélisme, dit parfois quelques musiques difficiles d’approche, voire inaudible, du moins sobre (la deuxième face de Cottonwoodhil de Brainticket en est un furieux exemple). Quoiqu’il en soit, Rock Psychédélique, un voyage en 150 albums, promet de nombreuses heures d’écoutes absolument passionnantes, fournit une liste assez conséquente de disques à chiner chez les disquaires ou en brocante !

David Rassent est rédacteur pour le webzine Guts of Darkness