Pochette de Visualize de Thomas & Richard Frost

Thomas & Richard Frost – Visualize

Thomas et Richard Martin sont deux frères qui viennent de San Mateo, dans la péninsule de San Francisco. Ils ont bourlingué dans divers groupes au milieu des années 60, ici un groupe de  surf  The Impressions, là un groupe de -rock avec The Newcastle Five, là encore dans un groupe de Fuzz-garage, The Art Collection. A Los Angeles, en 1968,  ils ont également été employés par Sony and Cher en Californie, alors qu’ils venaient d’enregistrer leur premier album avec le groupe Powder, premier album qui n’est pas publié… jusqu’en 1996.

Après la déconvenue de Powder, les frères Martin sont retournés dans le nord de la Californie. Ils se sont mis à écouter beaucoup de de pop anglaise, ils enregistrent des démos, et attirent l’attention d‘Imperial Records qui les signent donc sous le nom de Frost.

Ils enregistrent ainsi une poignée de singles Pop dont She’s got love, qui est le seul à atteindre péniblement les charts à la 83 ème place. Qu’à cela ne tienne, c’était suffisant pour faire un album. Entourés du gratin des musiciens d’Imperial, ils enregistrent ce petit chef d’œuvre de pop, Visualize, qu’on qualifiera dans les années 2000 de baroque. Oui, personne ne disait qu’il faisait de la à l’époque, c’est cela qui est baroque. Une écoute assidue de Visualize procure une joie intense. Les arrangement chamarrés, les cordes et cuivres saillantes et les mélodies sucrées en font un album particulièrement plaisant.

Malheureusement pour les frères Martin/Prost, la parution de l’album a tout été simplement annulée, pour d’obscures raisons. Comme cela arrive fréquemment à l’époque, mais visiblement, surtout à eux.

On les retrouve néanmoins sur un album éponyme de country rock en 1972 apparemment pas encore réédité à ce jour.

Ce qui n’est pas le cas de Visualize, car l’excellent label Revola (aujourd’hui inactif) a décidé de le publier en 2002 (en CD) avec la poignée de single de l’époque. Une réédition comme souvent judicieuse et fouillée, avec un très beau livret qui m’a servi pour écrire ce texte. Malheureusement pas de réédition en vinyle pour l’instant.

Le seul article trouvé en Français

Un autre article en anglais

 On peut le trouver ici