Étiquette : 1974

Les deux albums de Mahjun époque Saravah réédités pour la première fois

 Mahjun est un groupe français, qui débuta sous le nom de Maajun et qui tourne autour de Jean-Louis Lefèvre qu’on connaîtra sous le nom de Jean-Louis Majhun plus tard. Vous suivez? Toujours est-il que ce groupe en 1973 et 1974 publie deux albums éponymes (pratiques) qui mêlent folk, psychédélisme et progressisme à la française, comme on le savait si bien le faire à l’époque. Et ça sort chez Saravah, label qui a découvert Higelin et Brigitte Fontaine entre autres. Ce sont ces deux albums qui n’avaient connu guère de succès à l’époque que le label français Souffle Continu Records...

Lire la suite

Chris Bell – I am the cosmos (1974-75 publié en 1992)

Nous ne referons pas un autre speech sur la sécurité routière des années 70 mais, une fois n’est pas coutume, si la carrière de Chris Bell n’a pas pu prendre son envol c’est qu’elle a été stoppée net par un poteau qui s’est mis sur la route de sa Triumph TR-6 blanche. C’était le 27 décembre 1978, Chris Bell avait 27 ans, ce qui le place dans le club très fermé, mais en fin de compte assez peu envié, des musiciens rock morts à 27 ans. Chris Bell n’avait de toute manière pas trop la baraka. Membre de Big...

Lire la suite

Zigzag – 20 junkshop soft rock singles (1970-1974 Compilation)

Lorsque l’on prononce le terme Soft Rock, l’on peut souvent soulever quelques réticences, qui ne sont pas forcément illégitimes. Dans les appellations d’origines incontrôlées, celle de Soft Rock fait figure de fourre tout, et il n’est pas rare à ce qu’on le confonde avec ce qu’on appelle, vulgairement, la soupe. En outre, on a tendance à assimiler ce style de musique aux seuls États-Unis, et plus particulièrement la Californie. Nul doute que cette compilation nommée ZigZag (qui n’a rien a voir avec le groupe français chroniqué ici), viendra bouleverser beaucoup d’apriori, du moins, parmi ceux qui en ont. Car...

Lire la suite

Peter Grudzien – The Unicorn (1974)

Drôle de personnage que ce Peter Grudzien. L’album chroniqué ici, et qui est le seul officiel de sa discographie, fut composé et enregistré sur plus d’une décennie. De plus, il s’agit d’un album d’Hillbilly musique teintée d’un psychédélisme vaporeux. Le tout étant un brulot ouvertement Gay – on dirait maintenant, pro-LGTB –   ce qui, pour l’époque restait encore rare. Surtout pour de la country – ou apparentée. Pour couronner le tout, le dit Peter Grudzien joue de tous les instruments, et on ne connaît pas le nom de toutes les substances qui l’ont aidé à réaliser un tel...

Lire la suite

Beckett – Beckett (1974)

Comment ne pas craquer pour un groupe qui s’appelle du nom du Prix Nobel de Littérature 1969 ?  Ou du moins, comment ne pas être interpellé ? C’est uniquement pour cette raison que le disque s’est retrouvé dans ma besace. Allons bon, m’attendais-je à une version pop d‘En Attendant Godot, à fond les Watt  ? Heureusement non. Beckett est un groupe éphémère, dont le chanteur, Terry Wilson-Slesser, participera à l’aventure Back Street Crawler, avec Paul Kossof, un ancien de Free. On ne sait pas grand chose en fait de ce groupe, sinon qu’il tourna pas mal avec Free, justement, et que...

Lire la suite

The Sutherland Brothers and Quiver – Beat of the street (1974)

Disons le d’emblée, l’album ici chroniqué n’est pas une perle rare. Il s’agit plutôt d’un groupe qui a eu son heure de gloire et qui est tombé dans les oubliettes. S’il n’y avait eu un vendeur sympa dans une convention du disque à Paris, (oui, ça existe), je ne l’aurai probablement jamais écouté. Ce vendeur, saluons le, n’était pas un professionnel, mais vendait “sa collection” (“tu comprends, la famille” m’avait il soupiré). Du coup, non seulement il vendait ses disques à des prix plus qu’abordables, mais il était aussi de bon conseil. Ainsi, c’est lui qui m’a vendu le...

Lire la suite

Felix Cavaliere – Felix Cavaliere (1974)

Ce qui est passionnant avec les chroniques de disques oubliés, c’est de découvrir par ricochet d’autres groupes ou styles de musique. Par exemple, en cherchant la bio de Felix Cavaliere, on découvre son premier groupe, nommé The Rascals, anciennement The Young Rascals publiés chez Antlantic Records. Et on s’étonne de voir que ce groupe était des principaux représentants de Blue eyes soul, style qui m’était inconnu jusqu’alors. Comme son nom l’indique, le Blue eyes soul est de la soul faite par des blancs. Bon. The Rascals a eu quelques titres dans les charts et étaient très populaires au Canada....

Lire la suite

Newsletter

Suivez Nous sur Facebook

les 33 tours

Recevez notre Newsletter !

Votre inscription s'est déroulée avec succès !

Pin It on Pinterest