Tag: Folk

Laurie Styvers – Spilt Milk (1972)

Il est des albums à chroniquer qui sont plus faciles que d’autres, car la littérature les concernant est plus fournie. Pour d’autres, il peut être difficile d’avoir des informations, mais, parfois, on tire une ficelle et l’on trouve un environnement périphérique à l’album qui sont autant de belles découvertes. C’est le cas pour Laurie Styvers, dont on peine à connaître son histoire. Et pour cause, elle commence sa carrière son le nom de Laurette Styvers, ce qui n’est certes pas très éloigné, mais encore faut-il le savoir. D’autant que les débuts de Laurette Styvers s’opèrent au sein d’un groupe...

Lire la suite

Réédition de l’unique album de The Family of Apostolic

Projet folk bizzaroïdal mené par le new-yorkais John Townley, The Family of Apostolic est un double album qui s’inspire aussi bien de chansons folk pakistanaises ou écossaises ainsi que de l’opéra chinois. Il n’avait connu à ce jour aucune réédition depuis sa sortie en 1968 sur le label Vanguard Apostolic. Ce sera chose faite à partir du 15 avril 2016 grâce aux décidément fructueuses éditions Light in the Attic. Mots clefs : Folk, Light in the Attic,...

Lire la suite

Première réédition en vinyle pour Christopher Idylls de Gimmer Nicholson

Light The Attic ressortira en vinyle le 9 février 2016, l’album folk et instrumental de Gimmer Nicholson, Christopher Idylls, enregistré en 1968 mais qui n’avait connu qu’une édition Cd en 1994 ! L’album est remastérisé d’après les bandes originales, comme souvent chez cet éditeur rigoureux. En savoir plus ici       Mots clefs : Folk,...

Lire la suite

Jon Simons – Through the Walls (1999)

Le hasard fait bien les soldes. Et c’est effectivement cet été, qu’en cherchant à ne pas trop dépenser pour assouvir ma soif de nouvelles musiques je suis tombé sur cet album du texan Jon Simons, dont je n’avais strictement jamais entendu parler. Pourquoi cet album m’a-t-il plus attiré qu’un autre qui eût été tout autant inconnu ? Peut-être car, au dos de la pochette, il y était indiqué que cet album avait était entièrement écrit, interprété, enregistré par Jon Simons lui même, au cours d’une retraite de 6 semaines pendant lesquelles il vécut isolé. Allons, m’étais-je dit à la...

Lire la suite

Michael Angelo – Michael Angelo (1977)

La réédition, ces derniers jours, de l’album éponyme de Michael Angelo, fait un peu parler dans le web ou la presse musicale, comme en atteste ce billet dithyrambique de Gonzai ou cet autre des Inrocks à l’accroche pour le moins anachronique, Michael Angelo ne nous livrant pas son dernier album, mais plutôt… son premier ! Il faut dire qu’il y a, une fois de plus, tous les ingrédients qui font penser que l’on pourrait tenir une fois de plus un Rodriguez ou un Bill Fay, ces artistes en leur temps oubliés, et porté aux nues depuis. Enregistré entre des...

Lire la suite

Sibylle Baier – Colour Green (2006 enregistré au début des 70)

Au début des années 2000, en lieu et place d’apocalypse ou d’un éventuel retour du messie, nous avons assisté à une résurrection de chanteuses, plutôt folk, comme nous l’avions déjà évoqué lors de notre chronique sur Susan Christie. Linda Perhacs et Vashti Bunyan avec, alors, leur unique album inconnu ont réapparu comme par magie, et elles ont même recommencé à faire des disques alors que leur carrière était complètement abandonnée depuis des décennies. Pour Sibylle Baier, il ne semble même pas qu’il y ait une carrière d’envisagée. Elle enregistrait simplement, au début des années 70, en Allemagne, son pays...

Lire la suite

Robert Stevie Moore & Victor Lovera – Herald, Goods (1972)

Il est des pochettes qui vous attirent l’oeil et ce, pas forcément pour des bonnes raisons. Dans le cas présent, la photo juste posée sur un fond saumon, ressemble plutôt à celle d’une bande de potes étudiants des années 70, et les cheveux long de certains ne suffisent pas à les déterminer comme des musiciens. L’auteur de ces lignes, toujours hardi lorsqu’il s’agit d’acheter des disques au hasard, supputait que la sobriété de la pochette devait cacher quelques pièces un peu bricolées et très certainement lo-fi. Sa témérité fut récompensée lorsqu’il découvrit un ensemble de chansons non seulement plaisantes...

Lire la suite

Alexander Spence – Oar (1969)

Quel exercice délicat de conter l’histoire de l’unique album solo d’Alexander “Skip” Spence, Oar. Tout d’abord car, pour l’auteur de ces lignes, il fait partie des dix albums qui seraient emmenés sur une île déserte, dans l’hypothèse farfelue qu’on l’emmenât sur une île déserte avec, pour seul bagage, dix disques, une île toutefois pourvue d’électricité et de matériel pour écouter de la musique. Exercice délicat aussi, car on a déjà tout dit sur Oar. Dans le monde des inconnus Skip Spence est une star, et Oar objet d’idolâtrie. Par exemple, il fait partie des 1001 albums qu’il faut avoir...

Lire la suite
  • 1
  • 2

Newsletter

Suivez Nous sur Facebook

les 33 tours

Recevez notre Newsletter !

Votre inscription s'est déroulée avec succès !

Pin It on Pinterest