Encore un album que nous eussions pu ne jamais connaître. Polly Niles – née Granis en 1945 –  est pourtant une chanteuse et compositrice new-yorkaise extrêmement prometteuse. Embarquée au Royaume-Uni après s’être séparée de son premier mari Ramblin’ Jack Elliott, elle est invitée par Jeff Kruger à rejoindre le label Ember. Kruger a du voir en Polly une chanteuse  qui combinait  des accents pop comme Cilla Black et Sandie Shaw, des compétence /R&B de Lulu, ainsi que l’affinité de Buffy Sainte-Marie ou Joni Mitchell. De plus elle savait aussi lire de la musique et écrire des chansons.



Polly Niles : une artiste complète

Comme elle signe en même temps dans une agence de talents new-yorkaise, Viva, elle rencontre son mentor, David Niles, touche à tout polymorphe (architecte, compositeur, metteur en scène, technicien, ingénieur)  qui devient rapidement son deuxième mari.  C’est lui qui est à l’initiative de l’album, dont la réalisation va être confiée à Beau Ray Fleming en , un producteur au cv impressionnant. Les arrangements, eux, seront confiés à Bert DeCoteaux. Des reprises font partie du track listing :  Stephen Stills (For What It’s Worth), Johnny Cash (I Walk The Line) et Bob Dylan (I Shall Be Released), ainsi que des nouvelles chansons écrites par d’autres. Pendant ce temps, Polly Niles va de plus en plus se faire connaître grâce à deux chansons qu’elle a écrites pour d’autres,  If I Let You pour Carol Woods, et Get High on Jesus pour Dorothy Morrison qui devint par la suite un single de The U.S. Apple Corps.

Comme souvent, on ne consulte pas trop la chanteuse pour qu’elle donne son avis. Des divergences font que les parutions de l’album (dont a été pressé quelques copies) ainsi que des deux singles ont été reportés, puis annulé. Un titre, Sunshine In My Rainy Day Mind,  s’échappe dans une compil du Label Ember : Future Star Explosion – New Faces Of The 70’s. Puis Polly Niles retourne aux États-Unis où elle va jouer le rôle de Cynthia dans le film Super Fly.

Un album passé aux oubliettes

L’album a longtemps été considéré comme disparu, y compris lorsque le catalogue d’Ember est passé à Cherry Red. Finalement, après d’âpres recherches, c’est le label du magazine Record Collector qui va publier cet album, intitulé Sunshine In My Rainy Day Mind. Un album qui a été conçu pour conquérir un public aussi large que possible en couvrant une grande variété de genres, Polly Niles chantant à chaque fois avec une voix différente.

Un beau trésor carrément enfoui, que nous allons pouvoir enfin entendre !

Polly Niles –Sunshine In My Rainy Day Mind
Record Collector Magazine – N°47
Parution le 2 septembre 2019
Prévente ici