Hasard des coïncidences, il a suffi que Johnny Hallyday meure pour que sorte coup sur coup deux livres explorant la face cachée du rock en France – pour ne pas dire la vraie scène rock en France – tout d’abord avec le deuxième tome de Agitation Frite, série d’entretiens mené par Philippe Robert et La France , par Serge Loupien, ex chroniqueur à Libération.

Il faut d’abord s’étonner qu’il ait fallu attendre 2018 pour qu’enfin l’on s’intéresse sérieusement à cette période. Jusqu’à maintenant, l’ouvrage de référence était L’underground musical en France d’Eric Deshayes et Dominique Grimaud (Le mot et le reste), livre certes complet, mais stylistiquement indigeste et trop truffé de name dropping abscons. Et c’est justement par son style enlevé que Serge Loupien fait la différence. Il l’annonce dès la préface, le livre sera chaotique, à l’image de la période qu’il entend dépeindre. Et il vrai qu’en dehors des Grandes Ondes, la jeunesse française débordait d’une énergie folle, politisée, anarchique, savante aussi et qu’un joyeux bordel régnait, aussi bien musicalement que dans les mœurs.

Les alliances du et du Rock

Musicalement, l’on se rend compte assez rapidement que le jazz – plus précisément le free jazz – a déclenché en France plus qu’ailleurs les premières dérégulations du système, et, en fin de compte, Jazz et Rock ont été souvent imbriqués. A l’image du rocambolesque Festival d’Amougies, organisé par Jean Karakos et Jean Luc Young, où Frank Zappa, qui incarne à lui tout seul le mélange des styles, fut le fil rouge pendant six jours.

Contestation de l’ordre établi, présence accru de l’ultra gauche, défonce en tous genre et sexe débridé parsèment les anecdotes les plus folles les unes que les autres… même si l’on si on perd parfois un peu. Il faut bien l’avouer, celui qui n’y connaît rien à cette période risque de passer son temps sur Wikipedia et Youtube pour avoir une idée de qui (ou de quoi) on parle. Heureusement la gouaille de Loupien et les interviews de certains protagonistes rend la lecture agréable.



Futura, Saravah et B.Y.G

On retiendra la prédominance de trois acteurs principaux, qui tiennent les trois labels les plus moteurs et productifs de l’underground français : Gerard Terronès pour Futura, Pierre Barouh pour Saravah et Jean Karakos pour B.Y.G, tous trois décédés entre fin 2016 et mars 2017. Une bonne partie de la production underground française de cette époque se retrouve dans ces trois labels. Quelques uns arrivent toutefois à signer dans ce qu’on appelle pas encore des majors, avec plus ou moins de succès, quand d’autres comme Richard Pinhas, se lancent dans l’auto-production.

Livre essentiel et passionnant, La France Underground, Free jazz et pop rock, -1979, le temps des utopies manque cependant cruellement d’une discographie récapitulant toutes les œuvres abordées. Il faudra attendre l’année prochaine avec le tome 3 de Agitation Frite, Philippe Robert nous promet en effet une liste de 400 albums, un par artiste.

Un mauvais point, en revanche, est accordé aux éditions Rivages, qui n’ont sûrement pas du juger bon d’embaucher un correcteur (c’est tellement inutile en 2018, n’est-ce pas ?), la lecture est gênée par des oublis de mot, des fautes (on ne met pas « accaparer » à la forme pronominale), et Pamela Courson devient Patricia une fois sur deux, ce qui n’est franchement pas sérieux.

Serge LoupienLa France Underground, Free jazz et pop rock, 1965-1979, éditions Rivages Rouge, 405 pages

Sur le même sujet :

Philippe RobertAgitation Frite 1 (2017)
éditions Lenka Lente, 386 pages

Philippe RobertAgitation Frite 2 (2018)
éditions Lenka Lente, 380 pages

Éric Deshayes – Dominique Grimaud L’Underground musical en France
éditions Le Mot et le Reste – 344 pages

Discographie Sélective

A défaut d’en avoir une complète dans l’ouvrage, voici une sélection des œuvres abordées, vous pourrez bien évidemment en découvrir d’autres à la lecture de ces 400 pages foisonnantes.

François Tusques Avec Barney Wilen ‎– Le Nouveau Jazz (1965)
Réédité par Cacophonic en  2015 14CACKLP
Jacques Thollot ‎– Quand Le Son Devient Aigu, Jeter La Girafe À La Mer (1971)
Futura Records, GER 24, Non réédité en vinyle

Ame Son ‎– Catalyse (1970)
Réédité par Wah Wah Records en 2013

CalciumCalcium (enregistré en 1969, édité en 2017)
Album psyché avec Zouzou au chant, édité pour la première fois par Monster Melodies Records

Red Noise ‎– Sarcelles – Lochères (1970)

Réédité par Souffle Continue Records en 2014

Jean-François Pauvros & Gaby Bizien ‎– No Man’s Land ()
Réédité par Souffle Continu Records en 2017

Etron Fou Le Loublan– Batelages (1976)

Réédité par Replica Records RPC02

Jac BerrocalCatalogue (1979)
Pas de réédition vinyle pour le moment

Heldon – Soutien À La RAF (1975)

Parmi la production conséquente de Richard Pinhas/Heldon, ce 45 tours distribué gratuitement est sûrement le plus emblématique. Réédité par Souffle Continu Records en 2014, mais de nouveau épuisé

 

Richard Raux & Hamsa ‎– Richard Raux & Hamsa (1975)

Paru chez Fiesta, pas de réédition.