Il est des livres qui deviennent d’emblée indispensable et culte. – Grandes Prêtresses du Son et Rockers Maudits, de Arnaud Le Gouëfflec & Nicolas Moog est de ceux là. Mieux, c’est un peu le livre que j’avais de lire – voire de faire – depuis des années.



Le pitch est simple, il s’agit de 36 portraits d’artistes – ou de mouvements – plus ou moins connus du rock, en bande dessinée. Et quoi de mieux que la BD en effet pour raconter le parcours de ces écorchés ? C’est quand même le meilleur moyen d’éliminer les termes pompeux utilisés par les critiques, de se perdre dans les méandres d’une biographie touffue, de faire de l’humour aussi… Mais surtout,  le dessin devient très vite un appât pour l’écoute.

La liste des protagonistes est toujours un choix subjectif, bien évidemment. Ici, on retrouvera surtout ceux qui ont une discographie un peu remplie, voire très remplie (Comme pour Sun Ra, ou Eugène Chedbourne). Exit donc, les héros à un album comme Skip Spence, Aerovons… L’autre choix éditorial est l’équité entre les artistes masculins et féminins. Ce qui est, je le dois dire, bien appréciable. Enfin, quelques mouvements, comme le , le , ou une sombre histoire de Black Metal, font aussi l’objet d’une chronique.

Certains noms sont assez connus par ceux qui s’intéressent de près au rock, d’autres se retrouvent dans d’autres livres comme celui de Guy Darol et en sont devenus tellement cultes, qu’on pourrait avoir l’impression que tout le monde les connaît. Je pense à Moondog ou The Residents par exemple. Et puis, il y a toujours ceux auxquels on est passé à côté, même si on tient un blog sur le sujet ! Entre autres, Tall Dwarfs, Billy Childish et Merrel Fankhauser… Très documentés, ces  portaits délivrent toujours une anecdote inconnue,  un éclairage particulier.

Cerise sur le gâteau, la fin de l’ouvrage délivre une discographie sélective (avec pochettes redessinées, génial) et commentée. Autant dire des heures d’écoutes et d’achats compulsifs en vue. Il s’agit de plus d’un très beau livre, un peu mastoc (on ne le compulsera pas dans le métro), que l’on relira très certainement plusieurs fois.

On en vient même à rêver qu’une suite puisse paraître, cette fois avec ceux qui n’ont enregisté qu’un album, pourquoi pas ?

Underground - Grandes Prêtresses du Son et Rockers Maudits

Arnaud Le Gouëfflec , Nicolas Underground – Rockers maudits & Grandes prêtresses du son
Éd. Glénat, 312 pages, 240 x 320 mm.  Prix : 30 euros.