Pochette de lucie vacarme - Milkyway

En , la scène rock française n’en finissait pas de se proclamer alternative. Les Garçons Boucher, les Satellites et la Mano Negra commençaient, certes, à décliner, mais ils trustaient encore le devant de la scène. Il n’y avait pas de concert de groupe français qui ne se terminât en pogo – on pogotait même sur Elmer food beat, c’est dire.

La première fois que j’ai entendu parler de Lucie Vacarme, c’était lors de l’organisation d’un mini festival au sein de ma fac. Je faisais partie d’une association qui organisait des concerts dans un amphi, ce qui permettait aux membres de la dite assoc, de faire passer leur groupe (dont le mien, évidemment).

Le président de l’association jouait dans un groupe de noisy rock (on ne disait pas encore Shoegazing à Paris à l’époque) nommé Meursaut (comme le héros de Camus, mais sans le « l »  m’avait-il précisé) et qui était inspiré directement, me disait-il, d’un groupe nommé Lucie Vacarme. Autant dire un marché de niche, dirions-nous en marketing.

J’avais donc acheté le cd de Lucie Vacarme que j’avais dû trouver… à Carrefour! En effet,  à l’époque, les cd avaient un espace clos assez conséquent dans les « grandes surfaces ». Avec le recul, je me rend compte que dans ce Carrefour en particulier, il y avait une sélection assez pointue, notamment en ce qui concerne la production hexagonale.

Je ne sais pas trop ce qui m’avait poussé à me procurer cet album, étant donné que je n’étais pas très friand de Meursaut. Mais il faut bien avouer que le groupe inspirateur était infiniment supérieur à la pâle copie que j’avais vue sur scène.

Lucie Vacarme est la première expérience musicale répertoriée de Michel Cloup, connu pour avoir œuvré dans un des groupes majeurs de la scène française des années 90, Diabologum. C’est à mon avis sa meilleure. Lucie Vacarme a d’abord sorti un premier EP, Metalvox, sur l’excellent Label disparu Lithium (celui de La fossette de Dominique A), en voici un extrait :

Puis, donc, sur ce même label, Milkyway, (qui n’évoquait pour moi jusqu’alors qu’une barre chocolatée), le seul album en français à ma connaissance que l’on pourrait mettre dans un top international des albums de . Musicalement à cheval entre Sonic Youth et My Bloody Valentine, le groupe emprunte aux premiers le rythme et le bruit, et aux seconds les postures un peu maniérées, ainsi que les voix éthérées…. Les voix en arrière dans les productions en français sont extrêmement rares, surtout à l’époque. La voix de fausset du chanteur peut en agacer plus d’un, d’autant qu’il est toujours à la limite de la justesse. Mais plus de deux décennies après, on se dit que c’était la seule manière de faire sonner le français dans une musique aussi pétrie d’univers anglo saxon.

A l’époque Lucie Vacarme était tout à fait le style de groupe que l’on pouvait qualifier de poseur. L’on s’aperçoit en 2014 qu’il y avait aussi une bonne part d’auto dérision, notamment dans les paroles. Superstar en est le meilleur exemple (et aussi une des meilleures chansons de l’album) :

Milkyway est un des rares albums français de l’époque que l’on peut écouter sans tiquer, sans se renier. Passé inaperçu, il a conservé sa force, et s’est même plutôt bonifié avec l’âge. Par exemple ce sublime morceau :


Milkyway n’a pas été réédité, et il n’y a pas eu, il me semble, de sortie vinyle à l’époque. Il faut absolument réparer cela !

A noter que le cd comporte 99 pistes, 12 chansons et une boucle répétée 87 fois!
Un autre article sur Milkyway

Pour se le procurer (s’il en reste)