Tag: Rev-ola

Roger Nichols And The Small Circle Of Friends – Roger Nichols And The Small Circle Of Friends (1968)

Un auteur à succès En ce début d’été il vous fallait faire la connaissance d’un album solaire et joyeux, qui, jamais, ne vous foutra le bourdon. Un album de sunshine pop, quoi ! Et en la matière, l’album éponyme de Roger Nichols and the Small Circle of Friends se pose là. Il faut dire que le protagoniste principal du trio formé avec Murraye et Melinda MacLeod n’est pas totalement un inconnu. Roger Nichols, né en 1940 dans le Montana,  a en effet composé une tripotée de chansons pour les autres, dont certaines sont de vrais hits interplanétaires… Il faut dire...

Lire la suite

The Moon / Without Earth (1967) – The Moon (1969)

S’il est une formation dont on se demande pourquoi elle est tombée dans l’oubli, c’est bien celle de The Moon. Et la tentative de réhabilitation en 2002 lors de la réédition de leurs deux seuls albums aura fait long feu. Il est étonnant par exemple que The Moon, groupe de Los Angeles,  soit absent du livre California Dreamin’ alors que des groupes qui n’ont même pas enregistré d’albums y sont cités. Le fondateur du groupe n’est pourtant pas un inconnu, il s’agit de David Marks, guitariste rythmique des premiers albums des Beach Boys (puis plus tard lors de la...

Lire la suite

Chrysalis – Definition (1968)

Frank Zappa n’a pas encensé que les inaudibles – mais ô combien excellentes – Shaggs, il avait, dans les années soixante, un très grand faible pour ce groupe New Yorkais  formé à l’université, Chrysalis. Il faut dire que le leader/songwriter de ce groupe, Spider Barbour, avait collaboré avec le maître Zappa sur Lumpy Gravy et We’re only in it for money, ce qui aide. Chrysalis est formé de Nancy Haim au chant, Paul Album, à la basse, Dahaud Shaar aux percussions, Jon Sabin à la guitare et mandoline, Ralph Kotkov aux claviers et donc James Spider Barbour, à la...

Lire la suite

The blades of Grass – Are not for Smoking (1967)

1967, les cheveux sont longs, les habits colorés, les fleurs ont pris le pouvoir, les hallucinations aussi. Aux États unis, les oreilles sont plutôt pointées vers Los Angeles et San Francisco, beaucoup moins sur New York, dont sont originaires les membres de The Blades of Grass. Ils s’appellent d’abord The Furnace Men, mais leurs producteurs, les Jéromes (plus exactement Bill and Steve Jerome) leur demandent de changer leur nom, en The Blades of Grass donc. Ils signent chez Jubilee Records et enregistrent la chanson Happy, qui entra dans les charts, mais cartonnait plutôt à l’est du pays. Car de...

Lire la suite

The Feminine Complex – Livin’ Love (1968)

  Comment aborder cet album culte, que sûrement beaucoup de lecteurs assidus de ce blog (oui oui, il y en a) connaissent. D’abord la pochette. On pourrait croire à des prémisses soft des jeunes filles de Virgin Suicide de Sofia Coppola. Des jeunes femmes aux coiffures enchanteresses, quoique datées, dont le regard semble perdu dans quelques pensées romantiques, aussitôt évaporées.  Ensuite le nom du groupe aux sens multiples,  The Feminine Complex, furieusement en avance sur son temps, même si aucun groupe ne songerait à s’appeler comme ça aujourd’hui. En même temps, The Feminine Complex est composé uniquement de femmes.1968,...

Lire la suite

Bobby Jameson – Color him in (1967) – l’incroyable histoire de Bobby Jameson (2)

Nous avions laissé Bobby Jameson lorsqu’il venait d’enregistrer sous le nom de Chris Lucey un album de commande pour le label Mira. Sous ce même label, il sort un single, Vietnam, qui s’oppose, comme on peu le douter, à la guerre du même nom qui s’enlise déjà. Le single ne passe pas à l’antenne, comme c’est bizarre. Après un autre single, produit par Zappa, rien que ça, Jameson enregistre donc Color him in pour le label Verve, en 1967 et produit par Curt Boettcher ni plus ni moins. Curt Boettcher, pour ceux qui ne le connaissent pas est un...

Lire la suite

Chris Lucey – The song of protest and anti-protest (1965) ou l’incroyable histoire de Bobby Jameson (1)

De toutes les histoires des légendes oubliées de l’histoire du rock, celle de Bobby Jameson se hisse sans problème dans le top 5 des plus abracadabrantes. Vous allez me dire : mais je croyais que l’on allait parler de l’album de Chris Lucey ? Oui, aussi. Mais surtout de Bobby Jameson. Bobby Jameson est né en 1945, dans l’Illinois et part vivre avec sa mère en Arizona à l’âge de 10 ans, et enfin s’installe en Californie en 1962. Il a appris la guitare et enregistre son premier 45 tours en 1963, Let’s surf, sur le label Jolum. Puis, il...

Lire la suite

Thomas & Richard Frost – Visualize (1969)

Thomas et Richard Martin sont deux frères qui viennent de San Mateo, dans la péninsule de San Francisco. Ils ont bourlingué dans divers groupes au milieu des années 60, ici un groupe de  surf  The Impressions, là un groupe de folk-rock avec The Newcastle Five, là encore dans un groupe de Fuzz-garage, The Art Collection. A Los Angeles, en 1968,  ils ont également été employés par Sony and Cher en Californie, alors qu’ils venaient d’enregistrer leur premier album avec le groupe Powder, premier album qui n’est pas publié… jusqu’en 1996. Après la déconvenue de Powder, les frères Martin sont...

Lire la suite

Newsletter

Suivez Nous sur Facebook

les 33 tours

Recevez notre Newsletter !

Votre inscription s'est déroulée avec succès !

Pin It on Pinterest