Michael angelo 1977

La réédition, ces derniers jours, de l’album éponyme de Michael Angelo, fait un peu parler dans le web ou la presse musicale, comme en atteste ce billet dithyrambique de Gonzai ou cet autre des Inrocks à l’accroche pour le moins anachronique, Michael Angelo ne nous livrant pas son dernier album, mais plutôt… son premier !

Il faut dire qu’il y a, une fois de plus, tous les ingrédients qui font penser que l’on pourrait tenir une fois de plus un Rodriguez ou un Bill Fay, ces artistes en leur temps oubliés, et porté aux nues depuis. Enregistré entre des sessions de requin de studio, tiré à seulement 500 exemplaires, Michael Angelo est, de plus, un album de légèrement paru en pleine ascension punk. Il est vrai que le premier titre, Flight of Pegasus, est particulièrement alléchant, et laisse présager que l’album sera un joyau. En réalité, il s’agit juste d’un bon album, très plaisant, avec de belles envolées, mais d’autres chroniqués sur ce site, sont bien au dessus. (Susan Christie, par exemple, pour rester dans la même veine). De plus, les bandes ayant été perdues, le son n’est pas exceptionnel. On peut néanmoins saluer Anthology Recording d’avoir réhabilité cet album en vinyle, en collaboration avec l’auteur, notamment avec une version deluxe tirée à 300 exemplaires. Et on regardera au passage le reste de leur catalogue, bien plus alléchant !

Si vous aimez : la folk un peu psyché, Rodriguez, être à la page dans les dernières découvertes des disques retrouvés