Tag: English

Satisfaction – Three ages of man (1971 publié en 2014)

En 1967, un groupe de Rythm and Blues peine à percer. Ils s’appellent The Artwoods du nom de leur chanteur Art Wood, frère de Ronnie, guitariste des Rolling Stones depuis près de 40 ans maintenant. The Artwoods ont sorti une poignée de singles qui connurent à peu près tous l’insuccès notoire, à l’exception de I take what I want, qui réussit à se hisser tant bien que mal à la 35ème place. The Artwoods avait pourtant en son sein de très bons musiciens, dont certains ont connu quand même une putain de carrière et d’autres un peu moins: John...

Lire la suite

John Otway & Wild Willy Barrett – John Otway & Wild Willy Barrett (1977)

  Et soudain l’envie de boire une Guiness dans un pub anglais. Ou plutôt, pas envie de bouger de chez soi mais juste de boire une guiness avec une musique qui irait bien avec. Le premier album du duo John Otway et Wild Willy Barrett pourrait être le vinyle que vous mettriez alors sur votre platine pour ce soir – mais ce soir  seulement – vous abreuver de bière. Car il est peu d’album non pop aussi typiquement british. Si on a l’impression au premier abord que l’on va se coltiner une énième galette de country fadasse, on est...

Lire la suite

Clifford T. Ward – Home Thoughts From Abroad (1973)

En cette fin d’année un peu rude, peut-être avez vous besoin de quelques chansons douces et jolies, avec des mélodies qui jamais ne heurteront vos oreilles, et une voix légère comme une cracotte à la fleur de châtaigner ? Ne cherchez pas plus longtemps, Clifford T. Ward est là pour ça. Du moins, était. Mais les morts qui ont fait des disques peuvent toujours avoir du pouvoir sur vous, y compris de vous enchanter dans des mélopées de soie. Il existe un nom pour le style de musique que faisait Clifford T. Ward, c’est le soft rock. Et si...

Lire la suite

Pete Dello and friends – Into your ears (1971)

Il n’y a pas beaucoup d’albums qui portent aussi bien son nom, car il y a effectivement peu de chansons d‘Into your ears qui ne semblent pas avoir été nichée dans nos oreilles un jour ou l’autre. Et pourtant, cet album fut, comme bien d’autre, passé par les affres de l’oubli collectif puis est redevenu culte pour les initiés au début des années 2000. Pete Dello n’en était pas tout à fait à son coup d’essai avec cet album solo. En effet, le bougre fut un membre d’un groupe anglais aujourd’hui oublié, The Honeybus, qui connut son heure de...

Lire la suite

Newsletter

Suivez Nous sur Facebook

les 33 tours

Recevez notre Newsletter !

Votre inscription s'est déroulée avec succès !

Pin It on Pinterest