Shango - Rampin (pochette)

C’est en essayant de ranger mes vinyles avec un classement qui ne parle qu’à moi, que je suis retombé sur ce disque de Shango, acheté dans le bac d’occasions en promo du disquaire Exodisc, et que finalement, je n’avais dû écouter qu’une ou deux fois de manière distraite. Je l’avais pourtant trouvé plaisant.

A la réécoute, c’est toujours cette impression qui domine. Cet album date de , et il est terriblement représentatif, justement, de ce qui a pu sortir cette année là, et les suivantes. Voici un album dont aucune chanson n’est vraiment à jeter, du facile d’accès, teinté d’un peu de funk, d’un soupçon de musique Latine à la manière de Santana (Le titre Brotherhood nous fait irrémédiablement remuer notre derrière) le tout réalisé parfaitement et bien chanté.

Toutefois, on ne peut qualifier Trampin’ de chef d’œuvre, il n’a juste pas à rougir de la production de l’époque, et en fin de compte, cet album risque seulement de plaire au plus grand nombre. Ce qui est déjà énorme.

Pourtant, il n’est pas simple d’avoir des informations sur ce groupe Shango. Le leader en était Tommy Reynolds, du groupe Hamilton, Joe Franck et Reynolds. Le groupe a enregistré deux albums, dont le premier éponyme en 1969 qui contenait le hit aux accents sud américains Day afer day (It’s sleeping away),  (7ème dans les charts américains)

Aucun de ces deux albums n’ont été réédités, ni en cd ni en vinyle. A l’écoute de Trampin’, on se demande vraiment pourquoi. Il reste heureusement beaucoup d’exemplaires en circulation, donc il faut traquer les brocantes ou les bacs d’occasions des disquaires. Attention toutefois, comme vous pouvez le voir, les prix varient du simple au triple.

 

Si vous aimez : le rock californien, Carlos Santana, passer un disque en soirée dont tout le monde demandera « c’est qui ? C’est vachement bien »