Le label réédite pour la première fois de manière officielle et en vinyle, Mother Earth’s Plantasia de Mort Garson.




Mort Garson était un compositeur et musicien canadien, qui s’est acoquiné avec le synthétiseur dès 1967. Est-il encore besoin de présenter le Moog ? Ce synthétiseur fondé par Robert Moog à la fin des années 50 et qui a été comme un point de départ à la démocratisation de la musique électronique. Cécil Leuteur, Wendy Carlos, Jean-Jacques Perrey, pour ne citer qu’eux, en ont fait leur instruments fétiches. Mais il a aussi été utilisé par d’autres de manière plus occasionnelle par François de Roubaix, Piero Umilliani, et même George Harrison qui l’a utilisé pour un album expérimental, Electronic Sound.

mort garson

Mort Garson, a publié une bonne dizaine d’albums d’avant garde électronique. Et Mother Earth’s Plantasia publié en est son dernier (il a continué de composé quand même et est décédé  en 2008). Le choix des titres sur cet album  a été influencé par sa femme qui avait de nombreuses plantes – et la main verte – et lui disait si tel ou tel chanson était bien ou non… En résulte un ensemble assez joyeux et solaire, avec une utilisation particulièrement maîtrisée du Moog.

Alors que l’album est passé inaperçu à l’époque, il commençait à se faire une bonne petite réputation sur youtube. Autant dire que cette réédition était attendue. Sacred Bones met le paquet en proposant une version vinyle couleur, une en noir et les deux avec une pochette standard ou deluxe. Le tout avec le livret original plus des notes d’Andy Beta de Pitchfork.

Mort GarsonMother Earth’s Plantasia
Sacred Bones SBR3030LPC1

En savoir plus