Le label californien 1972 réédite Station M.X.J.Y. de Maximum Joy, qui n’avait pas connu de réédition vinyle depuis .




Au début des années 80, Maximum Joy a été formé à Bristol au Royaume Uni par le multi-instrumentiste des Glaxo Babies, Tony Wrafter, et la chanteuse de 18 ans Janine Rainforth. Bientôt, ils recrutent d’autres membres de Glaxo Babies, le batteur Charlie Llewellin et le bassiste Dan Catsis, ainsi que le guitariste John Waddington, tout juste sorti du Pop Group. Le groupe a entrepris de créer un mélange unique de , punk, pop, jazz, , soul, afrobeat et reggae, (oui,à peu près tout ça) le tout avec des mélodies dansantes autour de lignes de basse élastiques et de percussions complexes. Sans compter les cuivres mélodiques et les coups de guitare, la musique mettant en valeur le style vocal naturellement enthousiaste de Rainforth. Ils ont immédiatement pris leur place sur les listes des labels influents comme Y et 99 avec le premier single emblématique Stretch, car le groupe avait clairement capturé quelque chose de spécial.

Maximum Joy

En 1982, Kevin Evans a remplacé Catsis alors que Maximum Joy s’apprêtait à faire ce qui serait leur seul LP complet. Enregistrés à Berry Street et The Lodge avec les producteurs Adrian Sherwood (légende du On-U-Sound), Dave Hunt (Flying Lizards, Pigbag, This Heat) et Pete Wooliscroft (Kate Bush, Talk Talk, Peter Gabriel, OMD, This Heat).

On ne peut qu’être assez soufflé du résultat. En dépit d’un son un poil vieilli, on n’a quand même rarement entendu un mélange aussi bigarré dans ce début de décennie eighties. Il y a du Slits et de The Clash avec un groove funky et des incursions inopinées et systématiques d’à peu près tous les styles. Bref, encore une belle découverte qui montre que les années 80 avaient décidément gardé le meilleur sous le tapis.

 

Maximum Joy ‎– Station M.X.J.Y.
1972 –  LP 197205 (version rouge) ou 197206

En savoir plus