Si, selon Rimbaud, « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans », on peut toutefois être sacrément talentueux. C’est le cas du jeune Tom Nehls, qui, du haut de ses 17 ans, donc, enregistre en 1972, avec ses potes de lycée à Minneapolis, un album concept rock tout autant que .  L’enregistrement dure trois mois, et les influences de Nehls sont, de son propre aveu, Les Beatles, Zappa et Tolkien (qui ne faisait pas de musique, rappelons le).





Le tout était enregistré par un certain ingénieur nommé Paul Stark, qui fonda plus tard le label Twin/Tone Records et qui signa entre autres des légendes punk comme The Replacements.

I Always Catch The Third Second Of A Yellow Light a été pressé à 1000 exemplaires, manque de bol, 900 d’entre eux ont été détruits lors d’une inondation du sous-sol de Tom Nehls. Qu’à cela ne tienne, il a assemblée à la main les 100 copies restantes et en a vendu quelques exemplaires à des amis de son lycée. Vous imaginez le prix de ces pressages dans le monde cruel des collectionneurs !

Tom Nehls

L’album est resté donc confidentiel, voire secret pendant une vingtaine d’années,  mais Rich Haupt, un légendaire collectionneur de disque psychédélique, l’a redécouvert il y a déjà une trentaine d’années. Et si une vague réédition en cédérom (oui oui ) est répertoriée en 2006, il s’agit là de la première réédition vinyle de l’album supervisée par Nehls lui même, avec le soutien de Eothe « Egon » Alapatt du label Now-Again records. Le tout est masterisée à partir des bandes originales qui avaient été gardées par Paul Stark. Fidèle à sa tradition d’abonnement (qui revient un peu cher lorsque l’on habite pas les Etats-Unis, à cause des frais de port), publie un second LP Bonus, disponible uniquement pour les abonnés Le tout est accompagné de l’histoire de l’artiste et d’une carte de téléchargement en Wav.

Tom Nehls ‎– I Always Catch The Third Second Of A Yellow Light
Now Again Records
Parution avril 2019 Souscrire